• Chapitre 14 ⇒Travail de nuit

    Dans le chapitre précédent:

     

    Blush a fait la rencontre de Liberty qui n'est autre que la fille du président et qui a l'air bien différente de son père.

     


      

            J’avance à tâtons dans un des couloirs de l’aile Est, au deuxième étage. Je tiens tant bien que mal les produits ménagers et un chiffon propre d’une main pendant que l’autre me sert à sentir les meubles devant moi pour éviter de tomber. Je me cogne contre ce qui semble être une porte en bois. Je sens bientôt la poignée et pénètre dans la pièce.

            La lumière qui éclaire la pièce m’éblouit au début mais je m’y habitue vite. Félicina est déjà là ainsi qu’une autre fille et que le fameux (beau) garçon de la section garde. Je souris à Félicina en avançant vers elle.

            « Pas trop seule ? je demande en voyant les deux autres parler dans leur coin

            -Ce n’est pas comme si je n’avais pas l’habitude, me répondit-elle un sourire en coin, ces deux-là parlent depuis un quart d’heure.

            -C’est quoi leur problème à tous ? Ils parlent toujours entre eux… on pue ou quoi ? »

            Je me tourne vers eux, prend une grande inspiration et marche dans leur direction. J’en ai assez de toutes ces cachotteries, moi aussi j’ai envie de savoir. Je cherche du soutient de la part de Félicina mais quand je jette un coup d’œil vers elle, je la trouve en train de sentir ses aisselles. Je me résigne à leur parler sans son approbation.

            « Excusez-moi ? commence-je

            -Quoi ? me demande de manière froide la jeune fille

            -Heu… hésite-je, on se demandait si on devait nettoyer les vases ou les lampes ?

            -Faites les deux. »

            J’allais retourner voir Félicina quand finalement je me dis que non. Ce n’était pas ma question et que maintenant je devais imposer mes idées et ne pas me laisser faire. La Blush de l’orphelinat était morte et enterrée mais la Blush 2.0 est bien vivante.

            « En fait on voulait simplement savoir si tu comptais te bouger ou parler toute la soirée avec l’autre.

            - Déjà, ce n’est pas l’autre mais Keegan et on parle de choses trop importantes pour toi ! me rétorque-t-elle

            -Donc tu ne vas rien faire à part nous regarder bosser ?

            -Tu ne peux pas comprendre, va nettoyer. Crois-moi ça vaut mieux pour toi.

            -Pourquoi je ne peux pas comprendre ?

            -Parce que c’est quelque chose que tu ne peux pas comprendre ! hurle-t-elle. »

            Keegan, le seul garçon présent ici, s’interpose entre elle et moi. Il me prend le bras et m’emmène dans un coin.

            « Ecoute, c’est vraiment quelque chose de très important, tu comprends ? Si tu ne veux pas t’attirer d’ennuies, tu ferais mieux de faire ton boulot et d’obéir, me dit-il

            -Mais je ne vais pas passer quatre ans de ma vie à travailler comme une folle avant de me faire jeter comme une chaussette.

            -Crois-moi, c’est mieux comme ça. Un conseil, reste à ta place ! Ce n’est vraiment pas le moment. »

            Sur ces mots, il repart et me laisse seul dans le coin de la pièce. Je retourne voir Félicina que je retrouve assise sur le canapé (chose interdite d’ailleurs). Elle me demande de lui raconter ce que Keegan m’avait dit ce que je fais, après tout je n’ai rien à cacher moi ! Elle se lève finalement et pose son chiffon sur un guéridon tout proche. Elle s’avance ensuite et se plante au milieu de la pièce, sans bouger. Je la regarde d’un air insistant et interrogateur et pour seule réponse j’ai le droit à un grand sourire.

            Keegan, retourné se poser dans un coin du salon, lui demande ce qu’elle fait. Elle ne répond rien et continue de sourire. Je m’avance vers elle :

            « Tu fais quoi ? je lui chuchote

            -Comme les deux autres… rien, répond-elle à haute voix

            -Retournes travailler ou on va avoir des ennuis. J’ai déjà essayer il y a quelques minutes…

            -Je ne t’oblige pas à me suivre.

            -Je ne le compte pas.

            -C’est pourtant toi qui ne veux pas rester à travailler pour finalement finir rejeter par tout le monde ou je me trompe ? »

            Je soupire. Son comportement à beau m’agacer, elle marque quand même un point. Je laisse tomber mon chiffon et me place à côté d’elle, toute aussi silencieuse. Keegan semble un peu amusé par la situation et nous fait gentiment signe de retourner travailler. J’ai envie de lui balancer mon chiffon à la figure et de lui demander de travailler aussi mais malgré les apparences, il fait comme nous, il travaille aussi en nous surveillant au cas où l’envie nous prendrait de voler dans les salons du président. Encore une chose stupide, je veux dire, si j’ai envie de voler quelque chose, je peux le faire de jour comme de nuit. Alors pourquoi sommes-nous surveillés uniquement la nuit ? Parfois je me dis que le système devrait être revu en long et en large. À défaut de ne pas être abandonné, on pourrait au moins le réformer, non ?

            Je finis donc ma nuit à nettoyer, comme d’habitude, je n’ai pas la force de me battre se soir, un autre jour peut-être... Mon travail terminé, je remonte en silence dans ma chambre, trop fatiguée pour essayer de reparler à Keegan ou pour calmer Félicina qui s’indigne (comme presque tout le temps) de sa condition d’esclave, elle qui, d’après ses dires, mérite mieux que cette place. À force, j’ai peur que ses chevilles explosent.

            Je tombe mollement sur le lit, pousse un petit soupir en sentant un ressort s’enfoncer dans ma jambe et me perd dans la pénombre de ma chambre. Je reste comme ça longtemps, je n’ai même pas la force de me changer, j’ai faim, j’ai soif, j’ai envie de mourir.

            Sincèrement, j’ai réellement envie de mourir. À quoi bon rester vivante dans un monde où tu es résignée à mourir après une courte vie en tant qu’esclave, ou majordome, comme dirait Liberty.

            Mes yeux commencent à se fermer, mes paupières se font lourdes et je sens le sommeil prendre possession de moi. Je me sens bien tout d’un coup, une espèce de transe, le moment où tu ne penses plus à rien, ce fameux moment avant de dormir où tu es encore éveillée mais où tu ne te rends pas trop compte de ce qui t’arrive. C’est assez étrange comme sensation quand on y pense mais personne ne peut y échapper. Un peu comme la mort, tout le monde y passe un jour ou l’autre. J’avoue que la comparaison n’est pas des plus délicates mais c’est la seule qui me vient à l’esprit à une heure aussi tardive.

            Un énorme BOUM me réveille d’un coup sec (même si à proprement parler, je ne dormais pas encore). Je me lève et me dirige vers la porte. J’hésite un moment à l’ouvrir. La dernière fois, j’ai quand même failli me faire tuer. Mais la tentation est trop forte… et j’entends déjà les autres Enfants sortir dans le couloir. Je l’ouvre finalement.

            Le couloir est éclairé, étrange en pleine nuit. Une vingtaines d’adolescents réveillés se pressent à une quinzaine de mètres à ma droite, tous attroupés. Je m’approche doucement et pousse les autres pour voir ce qui les intrigue autant. Je me fais finalement une place au premier rang et découvre le corps d’une jeune fille d’une vingtaine d’année, habillée d’un pantalon kaki et d’un tee-shirt à imprimé militaire. Elle tient dans sa main droite une lampe-torche et dans l’autre plusieurs feuilles de papiers ressemblant fortement à un plan. Sa casquette se trouve à un mètre de sa tête qui baigne dans une mare de sang.

            Je fais quelques pas en arrière et me heurte à plusieurs Enfants dont le nombre ne cesse d’augmenter. Je retourne vers ma chambre, un peu troublée et choquée par cette vision d’horreur d’un corps mort à quelques mètres de ma chambre quand le son d’un cor de chasse retentit dans tous le domaine. Je regarde les plus vieux d’un air interrogateur quand une voix grave crie :

             « Intrus dans le domaine ! Tout le monde dans sa chambre ! Intrus dans le domaine ! Section Garde, au rez-de-chaussée, code 7 ! »

           

     


      

    Voilà ! Je trouve ce chapitre plutôt pas mal... l'histoire commence enfin à avancer et c'est maintenant que je vais vraiment m'amuser et vous aussi j'espère ^^

    Qu'est-ce que vous en avez pensé ?

    N'hésitez surtout pas à laisser un avis...

    « Chapitre 13 ⇒LibertyChapitre 15 ⇒Exploration des couloirs »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Mai 2015 à 23:32

    Ouh La ! C'est étrange... J'ai hâte de voir la suite ! La fin m'a perturbée, je veux savoir la suite !!! 

    Keegan ? Je commence à croire que tu aimes bien mes prénoms :') 

    Bon, je ne vais pas faire de commentaire sur ton style, tu sais bien que je l'adore :P

    Nan, sérieusement, tu m'impressionne toujours autant :O 

    Bravo ! 

    Vivement la suite !! *_* 

    2
    Lundi 4 Mai 2015 à 23:37

    Bonsoir ! Au rendez-vous, comme promis ! o/

    C'est drôle... je suis justement passée plus tôt dans la soirée, m'interrogeant sur la date de sortie du chapitre 14 ~

    Bon, voilà je suis sur mon téléphone, en état de stress pour mon brevet blanc de demain... c'est le deuxième donc ça va je connais, mais j'ai peur pour ma moyenne... en plus ça tombe, pour le premier jour, le jour de ma fête -que j'avais oubliée jusqu'à tout à l'heure haha. (je m'égare '-')

    Bon comme tu le sais, je m'efforce de trouver des points négatifs dans cette série et le seul que je trouve (bien que ça ne me dérange pas, que l'erreur soit humaine, tout ça tout ça ...), ce sont les fautes d'orthographe ! Je constate néanmoins qu'elles se font de plus en plus rares alors j'ai peur pour les prochains chapitres que mes commentaires ne se résument à "c'est trop bien continue j'adore ta série". Ne t'inquiètes pas, j'essaierai de trouver de l'inspiration. èwé plus de fautes vers le milieu, une ou deux au début... ("soutien"; "ennuis"; "ce" ; etc...)

    Bon que ce chapitre arrive ce soir m'a permis de réviser pour l'épreuve de français (si si je te jure) et m'a permis également de m'évader l'espace de quelques minutes... pour ça je te remercie ☆

    Autant de remerciements que tu veux pour ce génie retranscrit dans cette histoire (j'en fais trop? ._.), et au prochain chapitre, courage ! :3

     

    Ps: je ne sais pas pourquoi, mais je tenais à mettre une image mignonne même de mon téléphone... du coup la taille n'a pas pu être réglée, mais tu m'en excuseras n'est-ce pas ? :D

    3
    Lundi 4 Mai 2015 à 23:46

    Ange DécHu: Tes prénoms sont tellement bizarres mais ils collent tellement que je ne peux m'empêcher de te les emprunter ^^

    J'espère que la suite te plaira autant ^^

    4
    Lundi 4 Mai 2015 à 23:51

    merry christmas: Pour moi le brevet ça remonte à loin... (pas tellement en fait mais bon winktongue)

    Désolé pour les fautes... et encore, tu aurais vu le premier jet, même moi j'avais du mal à comprendre he

    Je t'ai permis de réviser ?! Je suis très fier ^^ ma propre histoire aide des élèves à réviser... mais pourquoi en fait ?? 

    Tu n'en fait pas trop, rassure-toi winktongue

    J'adore la petite image ^^ (j'en mettrais bien une aussi mais je suis trop fatigué pour chercher un gif ^^)

    5
    Mardi 5 Mai 2015 à 00:07
    Ah, le vilain qui nous prend de haut moi et mon petit brevet (ou mon petit brevet et moi plutôt) è_é
    Les premiers jets ça compte pas on va dire haha :3

    Bah déjà => l'orthographe (la dictée, des points facilement assurés :D -et vive les rimes), je corrige les éventuelles fautes ~ ;
    => les conjugaisons... tu utilises des temps et modes que je connais sans forcément maitriser ou voilà ça fait un rappel...;
    => grammaire: pour certaines phrases qui m'intriguent je les décompose (je suis pas une fille bizarre ;_;)

    Oui la petite touche mignonne du soir héhé ♡
    Bon sur ces belles paroles je m'en vais dormir... parce que sinon je serai décédée demain ☆ pense à ma souffrance les deux prochains jours ! J'ai l'impression d'avoir tout ce qui ce trouve en dessous de mes chevilles de brûlés -aucun rapport (aah les ravages des nouvelles chaussures ~)

    Cette conculsion est trop longue... '-'
    Bon allez, passe une bonne nuit ^_^
    6
    Mardi 5 Mai 2015 à 00:33

    merry christmas: Je ne sais pas si je suis le meilleur professeur de français au monde ^^ ça aurait été les maths ou l'anglais je dis pas, mais le français ^^

    Je te souhaite bon courage pour demain (même si vu l'heure, tu risques de ne pas voir mon message ^^) 

    http://media1.giphy.com/media/QbkL9WuorOlgI/giphy.gif&sa=X&ei=jfNHVbbtLcr9ygOw-IGQAg&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNE-LeBMPy1ygRZF11po-Y0c1wRitQ" alt=""/>

                             BON COURAGE !! (by the minions...)

    7
    Mardi 5 Mai 2015 à 09:13
    Très bon chapitre, j'ai hâte de lire la suite ! *^*
    8
    Mardi 5 Mai 2015 à 09:38
    Très bon chapitre, j'ai hâte de lire la suite ! *^*
    9
    Mardi 5 Mai 2015 à 11:45

    merry christmas: Mince, le gif n'est pas passé ^^

    giphy.gif

                                 BON COURAGE !!

    10
    Mardi 5 Mai 2015 à 11:46

    ~Yumi~: Merci beaucoup ^^

    11
    Mardi 5 Mai 2015 à 11:56

    De rien mon chou ! :3

    12
    Mardi 5 Mai 2015 à 20:44

    (Ancienne Amies2000)

    Oulala, il y a de plus en plus de problèmes dans ce "palais"! Entre les intrus, le président et j'en passe, l'histoire devient de plus en plus intéressante au fil du temps. D'autant plus que, plus on avance dans l'histoire, plus on sait de choses sur Blush et son environnement de vie (à savoir ce "palais" où elle travaille en tant qu'esclave).

    Vraiment, cette histoire est un vrai coup de cœur pour moi et j'adore la lire!

    13
    Mardi 5 Mai 2015 à 21:31

    Just Dream: Merci beaucoup ^^ je suis tellement heureux d'avoir autant de personnes qui lisent mon histoire et qui l'aiment surtout !

    L'histoire va devenir de plus en plus complexe avec de plus en plus de problèmes et de rebondissements ^^

    14
    Mercredi 6 Mai 2015 à 16:55

    Je sens que je vais adorer alors!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :