• Chapitre 13 ⇒Liberty

    Dans le chapitre précédent:

     

    Blush s'est rappelé un souvenir marquant pour elle, son arrivé dans l'orphelinat dans lequel elle passa quatre ans de sa vie...


      

            Les premiers flocons de neige tombent déjà sur le domaine des Contempt. On sentirait presque noël arriver. D’après certaines rumeurs, le sapin devrait être décoré dans quelques jours mais je m’en fiche, d’après le programme je suis de corvée jusqu’à 20 heures deux soirs dans la semaine, ce qui veut dire que je n’aurais pas à manger deux soirs dans la semaine. Je trouve que c’est quand même plus important que de savoir qui va décorer le fameux sapin. Surtout que je ne verrai surement jamais ce fichu arbre et que je n’aurais certainement pas de cadeau. S’il y a bien une chose que j’ai appris depuis mon arrivée ici il y a quelques mois, les Contempt ne font jamais de cadeau, à part peut-être à leur fille qui n’a encore jamais montré le bout de son nez. Ne suis-je donc pas assez fréquentable ?

            Oui, je suis dans ce trou pourri depuis plusieurs mois déjà, comme le temps passe vite. Surtout quand on nous donne du travail tous les jours, on ne peut pas s’ennuyer. Pendant ces quelques mois, je ne me suis fait que peu d’amis, il y a seulement Kaylen avec qui je m’entends bien et Kiera quand je la croise de temps en temps. Je préfère travailler en silence et j’envoie souvent balader les gens qui m’adressent la parole.

     

            Pour l’instant, je ne fais pas grand-chose, je suis juste allongée dans mon lit. Je tortille nerveusement mes cheveux, attendant que le réveil sonne. J’ai déjà essayé une fois de sortir avant l’heure… il ne faut jamais faire ça, le couloir était plongé dans la pénombre, le bois craquait, c’était horrible ! A chaque instant, un ado enragé pouvait vous sauter dessus. Depuis, j’attends patiemment en jouant avec mes cheveux, c’est plus sûr.

           

            Le réveil sonne finalement, me faisant sursauter. Le soleil n’est pas encore levé laissant pour encore quelques minutes la chambre dans un noir complet. Je me lève et m’approche à tâtons du lavabo. Je sens sous mes doigts la froide porcelaine puis le robinet en métal. Quelques gouttes coulent et viennent mouiller mes doigts. Je les approche de mon visage et me rafraichit le front, puis les yeux, puis les joues. Ce petit rinçage me réveille un peu plus même si le lit derrière moi, aussi inconfortable soit-il, me tend presque des bras invisibles. J’essaie ensuite de faire couler un plus grand filet d’eau mais seules quelques gouttes veulent bien quitter la tuyauterie.

            Je m’abaisse et ramasse mes vêtements de travail, je les attrape et les coince sous mon bras, sous l’autre j’emporte ma serviette, un simple petit carrée de tissu donné par les anciennes qui me voyaient m’essuyer avec mes vêtements après la douche.

            J’ouvre la porte et sors, me mélangeant vite avec les autres Enfants. Je marche quelques mètres, descends un escalier et arrive dans un dédale de couloirs métalliques et ultramodernes. Les murs et le sol sont recouverts de plaque en acier et des ampoules pendent tous les dix mètres du plafond, dégageant un faible halo lumineux.

            J’appelle ce labyrinthe, le Piège à rats, en référence au labyrinthe utilisé par les scientifiques pour faire des expériences sur des rats de laboratoires.

            Après avoir marché quelques mètres encore, je m’arrête devant une porte que j’ouvre. A l’intérieur, une rangée de petits box, j’avance et entre dans l’un d’entre eux. Il n’y rien à part un petit verrou que je referme. Je retire mon pyjama et me retrouve nue à attendre en grelotant quelques minutes avant qu’un filet d’eau froide coule du plafond, quelques secondes après, une dizaine de petits filets coulent et viennent mouiller mes cheveux emmêlés et mes mains recouvertes d’ampoules. Une minute pile plus tard, l’eau cesse de couler et du savon tombe du même trou d’où provient l’eau et vient s’écraser sur mes cheveux. A ce moment là, il faut faire vite, j’ai 30 secondes pour me savonner avant que l’eau ne revienne pendant une minute. Heureusement, pour une fois j’arrive à me laver entièrement en deux minutes trente, il ne reste même plus de mousse dans mes cheveux, un miracle ! Je m’essuie en vitesse avant de m’habiller et de quitter la salle de bains des filles en même temps qu’une dizaine d’autres.

    Au nombre d’Enfants dans les couloirs, j’en déduis que je dois être en retard puisque d’ordinaire, il devrait y avoir une foule monstre, or, à part une poignée d’adolescents…

    Je me dépêche d’avancer, je dois encore remonter dans ma chambre pour faire sécher ma serviette avant d’aller rejoindre les autres dans un des salons pour faire le ménage.

     

    Une vingtaine de minutes plus tard, je déboule dans le salon à une vitesse folle, manquant de peu de tomber. Heureusement, je réussis à me rattraper tant bien que mal à une sculpture en marbre. Trois filles étaient déjà présentes dont la blonde qui était avec moi dans le bunker, Félicina d’après ce que j’ai entendu. Elle me sourit, plus un sourire moqueur qu’un sourire amicale si vous voulez mon avis. Les deux autres font comme-ci je n’existais pas et continue de parler dans leur coin en nettoyant les fenêtres, ce qui m’arrange.

    Je m’avance du chariot et prend un produit ménager et un chiffon en tissu pour m’atteler au nettoyage des lampes torches en pied doré. Je me retourne de temps à autre afin de voir où en sont les autres filles et surtout pour voir si elles parlent toujours entre elles et à chaque fois, je les retrouve en plein conciliabule.

    Les minutes passent, puis les heures. Felicina et moi, avons eu le temps de nettoyer presque tout le salon pendant que les deux autres restaient dans leur coin à parler.

    « Les filles, il va peut-être falloir se bouger, leur dit Félicina en se relevant après avoir nettoyé sous les canapés

    -On est déjà occupée, rétorque l’une

    -Continue de nettoyer, enchaine l’autre. »

    Je reste à astiquer les bibelots, je n’ai pas envie de m’énerver. Vu la couleur que prend le visage de Félicina, on ne partage pas le même point de vue.

    « Ce n’est pas parce qu’on est toutes les deux nouvelles que l’on doit tout faire ici ! s’énerve-t-elle, alors maintenant sois vous parlez tout haut soit vous nous aidez.

    -Tu ne peux pas comprendre, comme tu l’as toi-même dis, vous êtes nouvelles… vous êtes encore trop récentes.

    -Trop récente pour quoi ? dis-je

    -Trop récente pour nos conversations. »

    Les deux filles posent leurs chiffons sur la table et quittent la salle, prétendant aller chercher de nouveaux produits d’entretiens.

    « Quel garce, lâche Félicina, trop récente ! On est ici de puis six mois ! Si je les recroise je leur éclate le nez ! 

    -Ça ne les changera pas, garce un jour, garce toujours, réponde-je

    -Tu parles par expérience ?

    -Plutôt par connaissance…

    -Tu étais dans quel orphelinat ? me demande-t-elle en s’asseyant sur une banquette

    -Je ne sais pas tellement, il était tout proche de la capitale. Et toi ?

    -Un orphelinat de clochards, la plupart n’allait pas plus loin que l’exposition. »

    Des bruits de pas venant du couloir parviennent jusqu’à nos oreilles, comme des talons claquant sur le carrelage. Mon dos se raidit et je me remets à nettoyer des petites sculptures en pierre. Une jeune fille, un peu plus jeune que moi arrive finalement. Ses cheveux libres dans son dos et ses yeux verts sont juste magnifiques et ce n’est rien par rapport aux traits fins de son visage et aux proportions presque divines de cette fille, on dirait une des statues que j’ai vues à l’entrée du domaine, il ne manque plus qu’un arc et une tunique blanche et on dirait la femme de pierre. Elle s’approche doucement de nous. Sa robe noire ressemble à la notre à la seule différence qu’elle est plus courte puisque l’on peut voir ses jambes (magnifique soit dit en passant).

    « Et, tu as oublié de mettre ton tablier, le vieux qui nous sert de maître ne va pas apprécier, lance Félicina toujours assise sur la banquette

    -Pardon ? demande-t-elle

    -Ton tablier ? M. Contempt va gueuler…

    -Mon tablier… répond-elle en souriant, alors je pense que le vieux c’est M. Contempt, c’est donc mon père. »

    Félicina devient toute rouge et se leva d’un coup en lissant sa jupe et en tapant sur les coussins pour leur redonner du volume.

    « Je… je suis confuse… je ne voulais pas… balbutie-t-elle

    -Ce n’est rien. Il est vieux c’est vrai, répondit-elle, et je ne vais pas te dénoncer. »

    La jeune fille se rapproche de nous et s’assoit sur un fauteuil.

    « Je ne suis pas comme mon père, je ne partage pas ces méthodes sur comment traiter nos majordomes, explique-t-elle

    -Majordomes ?

    -Oui, vous travaillez pour nous, c’est comme les majordomes.

    -Rectification, on ne travaille pas, travailler sous-entend que l’on est payé d’un moyen ou un autre sauf qu’ici on travaille et en plus on nous le fait payer, rétorque Félicina 

    -Je m’appelle Liberty.

    -Et tu exploites des enfants privés de liberté ? Paradoxale, non ? »

    Liberty fait mine de ne pas entendre tous ces pics, elle semble plus intelligente qu’elle en a l’air.

    Je n’écoute plus tellement ce que ces deux là se disent et préfère m’asseoir sur le rebord de la fenêtre, prenant une petite pause et regardant le jardin qui commence peu à peu à se changer en une étendue blanche sous une fine couche de neige. C’est alors qu’un magnifique flocon vient s’écraser sur la vitre. Je le regarde doucement fondre jusqu’à devenir une goutte d’eau couler sur le carreau froid du salon. Et je recommence ça avec une dizaine de flocon, tombant lentement dans une sorte de rêve éveillé.

     


      

    Voilà le début de la partie 3 avec l'arrivé d'un nouveau personnage, Liberty. Un personnage qui aura un rôle important, vous verrez ^^ J'espère pouvoir livrer la suite dans un délai plus court mais entre la saison 2 de High Hill's High School et deux nouveaux projets... ça va être compliqué, mais pas impossible *l'espoir fait vivre n'est-ce pas ?*

    Qu'est-ce que vous en avez pensé ?

    N'hésitez surtout pas à laisser un avis...

     

     

    « Chapitre 12 ⇒Un souvenirChapitre 14 ⇒Travail de nuit »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Avril 2015 à 20:07

    J'Aime beaucoup ! Et j'ai hâte d'en savoir plus sur Liberty (d'ailleurs je pourrais presque me demander d'où tu tiens ce prénom :P) 

    Bref j'ai pas grand chose à dure...

    Continue c'est top ! ;-)

    2
    Jeudi 9 Avril 2015 à 21:12

    Ange DécHu: Merci !

    Vraiment le prénom, je ne m'en rappelle plus comment je l'ai trouvé mais il me semble que ce n'est pas anodin si la fille du président s'appelle Liberté  ^^

    Tu ne voulais pas dire: dire au lieu de durehe

    3
    Jeudi 9 Avril 2015 à 21:20

    Wiiii ! Un nouveau chapitre ! *fait un arc en ciel avec ses mains*

    J'ai hâte d'en savoir plus sur Liberty, tout comme Ange DécHu ! ^^ Et pis vivement la suite ! ^-^

    4
    Jeudi 9 Avril 2015 à 21:42

    ~Yumi~: J'essaie de faire vite... (je sais, je dis ça à chaque fois...)

    5
    Vendredi 10 Avril 2015 à 07:30

    Au pire, y a pas le train ! ^^

    6
    Dimanche 12 Avril 2015 à 18:19

    Pas mal de choses dans ce chapitre : on en apprend plus sur le "métier" (qui est plutôt de l'esclavage) de Blush, sur ses dures conditions de vie,... Et surtout on découvre la fille du "maître" qui n'a pas la même nature et le même caractère que ce dernier.

    Un super chapitre qui nous donne envie de lire la suite :)

    7
    Vendredi 17 Avril 2015 à 18:39

    amies2000: Merci beaucoup pour ton commentaire ^^

    J'espère que tu aimeras la suite aussi ^^

    8
    Mardi 21 Avril 2015 à 23:07

    AAh, je suis vraiment une fan indigne... Cela fait déjà un petit moment que le chapitre est sorti, pourtant je ne l'ai lu qu'à l'instant ! Désolée, je me rattraperai -espérons-le- au chapitre 14 ! Je crois que le pire, c'est que j'avais vu le mail de la newletter mais que je n'avais pas sauté direct sur le lien !
    Bref, passons. Je t'avoue que j'ai un peu décroché du coup au début je n'étais pas à fond dedans, mais je me suis très vite remise dans le bain, haha ! Cette série doit vraiment avoir un pouvoir magique sur moi... Peut-être est-ce juste un aimant ?
    J'ai hâte de voir ce qui se passera avec Liberty~
    Tiens, en plus Noël arrive dans l'histoire héhéhé... :3
    Pour l'orthographe (oui je suis toujours là-dessus, je sais :c), au début aucune faute et après il y a un paragraphe -en particulier- avec plein de fautes... je crois que c'est des fautes de frappe ou d'inattention... Mais bon ça ne m'a absolument pas enlevé le plaisir de lire ce récit ! C'est vraiment bien, j'espère que tu continueras encore longtemps; je serai toujours au rendez-vous (même en retard comme ici) !
    à la prochaine ♪

     

    9
    Mercredi 22 Avril 2015 à 13:52

    merry christmas: Rien qu'en employant le mot fan ça me fait super plaisir ! Tu sais, il me faut très très longtemps avant de poster un nouveau chapitre alors je ne vais rien te dire sur ton "retard"  ^^

    Quand tu dis que tu avais un peu décroché, c'était à cause de quoi ? L'histoire ? Le laps de temps entre les deux chapitres ? ouch

    Mais c'est important l'orthographe (tu peux continuer de me le rappeler ^^) je vais essayer de me relire mais j'étais tellement heureux d'avoir enfin réussit à finir un chapitre plus long que d'habitude avec quand même des choses dedans que je ne me suis pas autant attarder à la relecture que sur les autres chapitres... (tu me diras, même d'habitude je rate des tas de fautes winktongue)

    J'ai prévu de continuer encore pour un petit bout de temps, je ne pense pas être prêt à laisser Blush tout de suite alors que la pauvre, elle n'a toujours pas souffert comme je le veux he *sadique*

           

    VIVE NOEL !! (même si Blush ne va pas avoir que des cadeaux...)

    10
    Mercredi 22 Avril 2015 à 19:11

    Alors, je pense que ce léger "décrochage" est dû au temps qu'il y a eu entre ces derniers chapitres... Parce que l'histoire, il y a certes eu des passages qui m'intéressaient moins que d'autres, mais je ne pense pas que ce soit ça.

    Ah, tant de cruauté dans un seul corps ! C'est vrai que depuis le début elle ne souffre pas tellement... Elle voit plutôt les autres souffrir haha ! Et puis si ça peut permettre à la série de continuer, c'est cool hein, je vais pas me plaindre. :3

    11
    Mercredi 22 Avril 2015 à 20:46

    merry christmas: Je vais vraiment essayer d'aller plus vite. J'ai l'impression d'avoir un élan de créativité et j'ai pratiquement toute la trame de la partie 3 ^^

    J'ai préféré être gentil avec elle pour l'instant mais j'ai prévu des petits trucs sympas winktongue

     

    12
    Mercredi 22 Avril 2015 à 21:54

    Prends quand même ton temps, haha !

    J'ai hâte de voir ça héhéhé :3

    En tout cas merci d'avoir pris le temps de répondre à mes commentaires~

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :