• Chapitre 12 ⇒Un souvenir

    Dans le chapitre précédent:

    Devant le spectacle inhumain qu'offrait la section Garde, les Enfants ont été conduits dans un bunker afin de décompresser et d'essayer d'oublier, mais comment oublier un spectacle aussi horrible ?

     


      

            La porte s’ouvre de nouveau. On ne peut pas dire que les dernières heures aient été les plus calmes de ma vie. On aurait dit mon arrivée à l’orphelinat : quelque chose de très rapide mais qui semble durer une dizaine d’heures, quelque chose de troublant, de marquant. Vous savez, il y a des jours ou des évènements, anodins pour la plupart, que l’on oublie et qui pourtant se sont passés il y a seulement quelques semaines et il y a en a d’autres que l’on n’oublie jamais, même s’ils se sont déroulés il y a plusieurs années.

            Comme cette journée il y a quatre ans. J’avais 12 ans, je venais de perdre mes parents… ils étaient morts et me laissaient seule dans ce monde que je ne comprenais pas, dans un monde qui ne voulait pas de moi. Un monde qui envoyait tous les orphelins dans des magasins d’esclaves pour riches que l’on appelait plus communément : orphelinat.

            Il faisait assez beau ce jour là. J’étais accompagnée d’une assistante sociale qui était venue me chercher chez moi la veille. Dès notre première rencontre, elle était apparue aussi sympathique qu’un poisson mort sur l’étale d’une poissonnerie et moi, j’étais apparue aussi aimable qu’un chien à qui on aurait retiré sa nourriture avant qu’il ait fini de manger. Autant vous dire que notre conversation avait été des plus… glaciales. Le soir même, elle m’emportait sans que je puisse prévenir les gens qui comptaient pour moi, aussi peu étaient-ils et je m’endormais à l’arrière d’une voiture, à environ 150 kilomètres de l’orphelinat avant de me réveiller le lendemain matin devant les grandes portes de l’établissement. Ensuite, plusieurs gardiennes étaient venues me chercher, on m’avait remis une brosse à cheveux, la tenue de l’orphelinat avant de m’emmener dans une pièce remplie de robes où j’avais dû en choisir une pour les expositions prochaines, même si à l’époque je ne savais pas à quoi cela allait me servir.

            Puis, on m’avait conduit jusqu’à ma chambre, une petite pièce semblable à une cellule de prison avec une petite fenêtre par laquelle je pouvais à peine voir la rue. C’était le premier jour de quatre années de pure torture…

            Je pense qu’il doit y avoir des études qui montrent que les Enfants Vendus ont plus de jours inoubliables qu’ils aimeraient oublier que les autres enfants du pays car c’est la vérité.

     

            Nous marchons à présent dans les longs couloirs de la demeure des Contempt. La plupart des nouveaux Enfants sont assez choqué et semblent être dans un état étrange entre le somnambulisme et l’hypnose… un peu comme des zombies. Il faut dire que le discours du président dans le bunker n’était pas des plus réjouissants. Il nous a expliqué le système des punitions sans nous mentir, franchement. Je ne pense pas qu’il nous ait tout dit, ni que tout ce qu’il ait dit soient réel… du moins je l’espère. Il nous a parlé d’une salle dans laquelle on punissait les Enfants. Il nous a décrit comment il allait punir ceux qui avaient mis le feu à la forêt car selon lui, le feu n’était pas accidentel. Mais il n’était pas encore tout à fait sûr du sort de certains. Il allait personnellement les punir, ça il en était sûr. Il nous a annoncé très fièrement qu’il allait pouvoir tester son nouveau jouet… j’espère qu’il ne s’agit pas d’un fouet ou d’un truc dans le genre mais plutôt d’un grand tableau noir pour copier des lignes comme à l’école… même si les chances pour que se soit un tableau noir sont infimes, je m’accroche toujours à cette idée. Je serais bien un peu folle sur les bords, non ? D’un autre côté, quand comme moi, vous avez connu quatre années dans un orphelinat où tous les jours, des dizaines d’Enfants partent servir d’esclave aux riches de cette ville, vous ne seriez pas normal.

     

            La porte de la salle de cours s’ouvre de nouveau. Je rentre en dernière et part directement m’asseoir au fond de la salle. À ma gauche se trouve la jolie fille blonde et à ma droite, le rouquin. Je les regarde l’un après l’autre, elle a l’air tout à fait normal, presque comme si les évènements des dernières heures étaient habituels pour elle, l’autre au contraire se rongeait tellement les ongles depuis une heure qu’il arrivera à ses phalanges dans une heure tout au plus s’il continue à ce rythme.

            Madame des Gorgieux essaie tant bien que mal d’attirer notre attention. S’il y a bien une qualité chez cette femme, c’est la persévérance… ou un manque de discernement. N’importe qui d’autre aurait lâché le morceau, c’est déjà presque impossible de faire cours à une dizaine d’adolescents, alors une dizaine d’adolescents qui viennent de voir des gens de leur âge se faire battre, c’est juste impensable. Et pourtant cette peau de vache se démène à nous faire rentrer ses fichues règles dans la tête.

            Dehors, le feu s’est éteint, il ne reste plus que quelques filets de fumée grise qui s’échappent encore des cimes des arbres et il n’y a plus aucun Enfants non plus… plus personne. Les seules traces de la bataille sont les multiples tâches de sang qui recouvrent par endroit les touffes d’herbes. Il y a même un filet rouge bien net sur une des fenêtres, comme si on avait égorgé un animal et que le sang avait giclé un peu partout. Dégoutant, n’est-ce pas ? Pour être honnête, en ce moment, le seul animal que j’ai envie d’égorger, c’est ce gros porc de Mr. Contempt ! Ce même animal qui nous parle des punitions envers les Enfants comme d’une simple leçon d’éducation, ce même animal qui paraît content à la simple évocation du mot fouet, ce même animal qui se délecte de voir une armée d’adolescents faire régner la terreur sur son domaine. Je mets ma main à couper qu’en ce moment même, il réfléchit à la meilleure façon de punir les auteurs de l’incendie.

     

            Mais je me promets une chose (encore…) un jour, se sera moi qui égorgera le président et si ce n’est pas moi, quelqu’un le fera, l’histoire de notre monde est rempli de date où des dictateurs ont pris le pouvoir, mais à un moment ou un autre, la liberté finit toujours par triompher. Certes ça prend du temps, certes, il y aura des morts, des blessés, mais je me sens prête pour faire partie d’une révolution, dans une semaine, un mois, un an, ou plus, si des gens se soulèvent contre le gouvernement, je serais avec eux parce que tout le monde a le droit de vivre dans un endroit où il se sent en sécurité. Tout le monde.

     


      

    L'inspiration est encore venue en écoutant de la musique ! Vive la musique !!

    Encore un très long délai d'attente pour un chapitre sans action... *ne hurlez pas sur moi* Normalement, l'action devrait commencer à apparaître puisque l'histoire va commencer à se complexifier, à devenir moins manichéenne. Voilà le programme pour la prochaine partie, car je pense passer à la partie 3 si tout se passe bien ^^

    Qu'est-ce que vous en avez pensé ?

    N'hésitez surtout pas à laisser un avis...

    « Chapitre 11 ⇒Le bunkerChapitre 13 ⇒Liberty »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Février 2015 à 18:06

    j'adore ton blog

    2
    Dimanche 1er Mars 2015 à 16:12

    J'ai beaucoup aimé ce chapitre qui, certesn n'a pas trop d'actions, mais qui résume en quelques sortes les événements passés. Pour tout te dire, j'ai été contente qu'il sorte enfin ce chapitre 12. Je ne me rappelais plus trop où s'en était arrêté l'hsitoire donc j'en ai profité pour relire le chapitre 11.

    C'est tout à fait normal de manquer d'inspiration de temps en temps (moi aussi ça m'arrive). Et la musique m'aide à la trouver.

    En résumé, bon chapitre! :)

    3
    Lundi 2 Mars 2015 à 18:03

    J'aime beaucoup .w. C'est normal qu'il n'y ai pas d'actions ! Il faut mieux bien présentez le décors, les personnages, etc. Pour que personne ne soit perdu :3

    Vive la musique *-* Elle me donne aussi de l'inspiration :3 !

    4
    Mercredi 4 Mars 2015 à 10:39

    amies2000: Merci beaucoup ^^ J'essaie de faire plus vite pour le chapitre 13 ^^

    5
    Mercredi 4 Mars 2015 à 10:40

    Azu-nya: Merci ^^ et VIVE LA MUSIQUE he

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :